La Voie de la Relation

relation effet miroirQuelle est MA place dans le monde ? Dans la société ? Dans ma famille ? Dans mon couple ?

Quel(s) comportement(s) j’entretiens malgré moi dans mes relations ?

Qu’est-ce qui m’empêche d’être moi-même ? D’oser exprimer ma vérité ? Me dire ? Poser mes limites ?

Quelles(s) fidélité(s) conscientes ou inconscientes me ramènent sans cesse à répéter mon histoire ?

Comment emprunter la voie qui est la mienne – à l’écoute de mes profondeurs, de mes ressentis, de mes besoins, de mes aspirations, de mes instincts – tout en respectant le chemin de l’autre ?

Qu’est-ce que je ressens au fond de moi, dans mes tripes, dans mon coeur, dans cette relation ou face à telle ou telle situation ?

En cas de conflit, m’est-il possible de faire un pas vers moi ? Ne plus focaliser toute mon attention, toute mon énergie sur l’autre/la situation « qui serait tellement mieux si… », « qui ne devrait pas… », « qui pourrait… », « qui n’aurait pas dû », « qui aurait pu être… ».

Stop ! J’arrête le flot incessant de mes pensées qui sont en train de chercher une solution à mon problème… Une solution à l’extérieur… Pour ne pas sentir ce qui m'habite, ce qui fait mal, à l’intérieur…

Qu’est-ce qui se passe réellement en moi, là, en cet instant ? Qu'est-ce que je n'accueille pas chez l'autre et que je n'accueille pas chez moi ? Suis-je en capacité de ressentir et de me laisser toucher par ce qui m'habite ? Par les émotions qui me traversent, aussi intenses puissent-elles être ? Ces émotions qui me rappellent à mon passé, malgré moi, encore et encore, jusqu’à ce qu'un jour peut-être je leur laisse la possibilité de s'exprimer. De les laisser se vivre dans mon corps.

Libération, apaisement, réparation, réconciliation : le jour où l’adulte que je suis devenu(e), l'être divin que je reconnais en moi, commence à accueillir avec amour l’enfant que j’ai été(e), avec ses souffrances et ses blessures, et laisse les larmes de mon cœur laver et panser ses blessures.

Un pas vers moi. Un pas vers mes profondeurs, mes blessures, mes ombres. Un pas vers mes besoins essentiels (non écoutés, non reconnus, non respectés) à la racine de mes souffrances et de mon histoire personnelle.

Un pas vers ma vulnérabilité, vers mon intimité la plus profonde. En lien avec « moi-m’aîme » et en paix avec ce qui me traverse.

Un pas vers la paix en moi. Et puis, si c’est le moment, si je ressens que j’en ai l’élan, que c’est possible, là maintenant, je peux alors commencer à arpenter le chemin vers l’autre. Le chemin de l’altérité. Cet autre différent de moi, avec lui aussi ses souffrances, ses blessures, son histoire, sa vision du monde.

Un chemin de découverte permanente. Fait d’échos, de résonances. D’attractions, de répulsions, selon là où l’univers de l’autre rencontre le mien. Un chemin passionnant, infini de découverte de soi et de rencontre de l’autre !

Elise Ferran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *